A l’heure où tout semble urgent et que nous gesticulons dans tous les sens pour réussir à tout caser dans nos vies, le 21 Juin marquons une pause et dansons au rythme de la fête. 

Les québécois, ce jour-là, invitent à lambiner pour la journée internationale de la Lenteur.
Et donc « Vive les lents ! ». Oui oui, ceux qui mettent 3 plombes à démarrer au feu, ceux qui lacent leurs baskets en 15 minutes, ceux qui parlent à 2 à l’heure, ceux qui sont fiers d’avoir fini leur tâche quand vous en avez fait 5 …

Et oui, oublions donc ce jour-là les adjectifs péjoratifs « apathique, mou, traînard, nonchalant, endormi… » et positivons « calme, posé, tranquille, patient », voilà l’éloge du Lent. Pas de crise cardiaque en vue, pas de stress oxydatif, si peu d’hypertension, juste un peu de stase veineuse… Dans l’ensemble, c’est quand même mieux pour la santé !

Reprenons possession du temps. En regardant pousser les plantes au rythme des saisons, en observant les migrateurs passer sur l’Hérault deux fois par an, en priorisant nos actions et surtout en acceptant de ralentir notre rythme intérieur. Car si nous ne pouvons alléger nos journées, nous pouvons décider de les vivre sereinement, dans le calme. Deux respirations abdominales de temps en temps, une halte dans un jardin, une mini pause méditative à la fenêtre, un repas « dé-gu-sté », une flânerie sur un beau montpelliérain qui passe, une amoureuse déshabillée « oui mais trop vite »…

Pas d’excuse pour les procrastinateurs, car lenteur ne veut pas dire paresse !
D’ailleurs, c’est le moment de lire « l’invitation à la lenteur » de Monique Neubourg ou « le mode d’emploi » du spécialiste Carl Honoré.
A vos chaises longues !