… Où, on y retrouve pêle-mêle : la bonté, la compréhension, la douceur, le sens du service, la compassion, la bienveillance, la générosité, la sympathie… bref une déclinaison des couleurs de l’Amour. Car il s’agit bien d’une forme d’amour lorsqu’on propose ses bras musclés pour porter les courses de la voisine ou qu’on offre du temps pour rassurer une amie inquiète.

Prière d’oublier les expressions négatives : « il est gentiiiiiil » ou « vous serez gentil, mon p’tit, de m’apporter mon café ». Stop !! Ni bêtise, ni faiblesse, la gentillesse est une formidable qualité, une noblesse d’âme. En plus, ça rend heureux et c’est très contagieux. C’est quand même mieux que la grippe ! Les scientifiques ont observé qu’être gentil active la zone du plaisir dans le système mésolimbique du cerveau, activée aussi par la bonne nourriture et le sexe. C’est pas beau, ça ?

On pourrait lire « l’art d’être bon » de Stefan Einhorn, mais rien de mieux qu’oser la gentillesse et se lancer : retenir la porte battante du Polygone par exemple ou s’arrêter en voiture pour laisser passer le piéton. Le sourire en échange est toujours sympa à recevoir ! Et en s’entrainant, on devrait être au top pour le 13 novembre, journée internationale de la gentillesse ! Mais pourquoi c’est pas tous les jours, en fait ?