Comme un « effleurement de main » sur une peau, voici le survol de quelques pratiques de massage-bien-être, juste pour vous re-donner envie de recevoir ou donner un massage. Hep hep hep ! on ne pousse pas dans les rangs, y en a pour tout le monde et pour tous les goûts !

Qui n’a pas déjà touché spontanément une zone de son corps pour faire passer une douleur ? Quelle maman n’a jamais posé une main réconfortante sur une bosse ? Et qui n’a pas déposé ses mains bienveillantes sur les épaules contractées de son ami-e ? Depuis la nuit des temps, nous pouvons l’affirmer sans nous tromper, nous touchons notre corps ou celui de l’autre pour le soulager. Chinois, japonais, thaï, indiens, égyptiens, grecs, romains, tous ont développé des techniques de massage. Certes c’est Avicenne, médecin Perse, qui a décrit le premier l’importance des massages dans son Canon de la Médecine vers l’an mille. Pendant des siècles, le « masah » (en arabe) a été considéré comme partie intégrante de la pratique médicale.

Les 3 Bienfaits du massage

Aujourd’hui la science confirme ses bienfaits : le contact de deux épidermes entraîne des changements physiologiques et psychiques.

Voici les 3 principaux bienfaits observés par les neuro-biologistes :

• Le plaisir

• La relaxation anti-stress

• Le renforcement du système immunitaire

Le toucher stimule nos nerfs et nous fait sécréter de l’endorphine qui va nous procurer une sensation de plaisir. Nous allons aussi libérer de la cytosine qui est un anti-stress naturel. Une mère, par exemple, portant son bébé en « peau à peau » favorise son allaitement et le bébé lui, se sent apaisé, empli d’un sentiment de bien-être. Cette stimulation hormonale réciproque est désormais reconnue et les sages-femmes proposent systématiquement le peau à peau dans les premières semaines du nourrisson. Enfin, le dernier bienfait et non des moindres, le massage renforce le système immunitaire via la multiplication d’anticorps et protège donc le corps des virus saisonniers. C’est quand même bien tout ça !

Massage-dos

Les 3 grandes familles de massages

Les massages dits thérapeutiques sont réservés aux kinésithérapeutes. Agissant sur les tissus mous, tels la peau, les tendons et les ligaments, les kinés s’attachent aux mouvements physiques. Ils visent à soulager médicalement une épaule, un genou… en cas de douleur après un traumatisme, par exemple.

Le massage bien-être, quant à lui, agit sur les tensions du corps pour un bien-être global. On parle aussi de massage confort ou de modelage. Qu’il soit léger par effleurement ou appuyé en palpé sportif, lent et doux ou rapide et tonique, le « massage-bien-être » est une façon naturelle et simple de détendre les muscles et de se relaxer en profondeur.

Il apporte une harmonie intérieure et permet de récupérer des tensions ou du stress de notre quotidien. Un massage dynamisant permettra lui de récupérer de l’énergie.

Les massages traditionnels, souvent d’origine asiatique, comme le Shiatsu ou le massage Ayurvédique, prennent en compte la globalité de la personne. Ces massages permettent une remise en circulation de l’énergie, en cherchant la cause du problème plutôt que le point douloureux. Dans un genre proche, les psychothérapies manuelles utilisent le massage pour faire émerger puis libérer un nœud émotionnel, pour redonner au corps une liberté perdue à cause de cuirasses émotionnelles et donc équilibrer le psychique.

Les massages sont très variés en fonction des traditions. Pratiqués sur table ou au sol, sur un receveur dévétu ou habillé, avec ou sans huile… Il y en a pour tous les goûts, y compris pour les gens pudiques.

Quelle que soit la technique, le massage bien-être est un temps pour soi, de réconfort et de cocooning. « Quand je sens la fatigue physique arriver ou des tensions quelconques, je vais me faire masser. C’est mon moment de récupération » nous confie Mélanie « Je vois alors les choses beaucoup plus positivement et je me sens mieux dans ma peau ».


CONSEILS D’UNE PRO

Il est important de se faire masser par des gens qui sont passionnés par le massage, aiment en parler et surtout prennent du plaisir à masser. Mais surtout par des gens compétents (diplômés ou certifiés). Renseignez-vous sur le degré de formation du praticien. N’hésitez pas à guider la personne qui vous masse vers les zones qui en ont besoin, mais aussi d’annoncer les zones où vous n’aimez pas être massé. Pour autant, aller travailler les endroits qui « dérangent » peut faire partie, selon le type de pratique, d’une nécessité.

Pour prolonger les effets du massage, préservez un temps calme après (soirée calme). Il existe quelques contre-indications au massage. Elles sont différentes en fonction des pratiques, renseignez-vous avant et signalez tout problème de santé. Attention aux huiles essentielles qui sont interdites aux femmes enceintes. 

Ma recette : huile de sésame, huile de macadamia et huiles essentielles de thym, romarin et citron, pour des propriétés stimulantes et relaxantes.


Massage-dos-2

ZOOM
> Le Massage Thaï
Le massage thaï traditionnel est un art du toucher qui trouve ses origines anciennes en Inde. Il est un mélange unique de pressions sur les lignes d’énergie et d’étirement variés inspirés du yoga.
L’objectif : détendre l’esprit, améliorer la souplesse et la circulation des fluides, relâcher les muscles.

> Le Shiatsu
Le shiatsu, de shi (doigt) et atsu (pression), d’origine japonaise, consiste en de fortes pressions des pouces, des mains, des doigts, des coudes et même des genoux sur l’un des 361 points vitaux du corps situés sur nos méridiens d’acupuncture.
L’objectif : R
établir la circulation et l’équilibre de l’énergie vitale (le qi) dans les zones du corps où celle-ci est débordante ou en manque.

> Le Massage Ayurvédique
Originaire d’Inde, ce massage pratiqué souvent à l’huile tiède de sésame agit sur les nadis, les trajets de l’énergie sur lesquels sont répartis des points de pression, pour permettre à l’énergie vitale – le prana dans la tradition ayurvédique – de circuler librement et harmonieusement dans tout le corps.

L’objectif : un bien-être général, tant du physique que de l’esprit.